AVRiL et le Maître des chakras

Note globale

7.00/10

Note littéraire

-

Contemporain

1 évaluations

458 pages

Antoine Valéry Reytier-Latour va mourir bientôt. Russel Barrow a failli mourir vingt-cinq ans auparavant. L'un vit entre Paris et Saint-Trop, l'autre entre Boston et la psychologie du bonheur, le graal dont il incarne l'un des précepteurs. Ils se rencontrent par hasard, ou ont-ils rendez-vous ? Qui va sauver l'autre ? Et quelle révolution se trame dans une chambre d'hôpital, dans une réserve Sioux du Dakota ou dans un amphithéâtre d'une faculté parisienne ?

L'auteur

Alain Cébius
58 ans

Fribourg

Alain Cébius, nom de plume, est né au début des années soixante, à Estavayer-le-Lac, en Suisse romande. Très vite attiré par les arts de la scène, je créée et joue des sketchs. A seize ans, première participation dans une pièce théâtrale, " Ma petite femme adorée ", pour le spectacle de fin d'année scolaire, pièce reprise pour être jouée l'année suivante au pénitencier de Bellechasse. Puis mes études pour devenir Technicien en radiologie médicale (manipulateur en radiologie) m'éloignent de la scène. En 1994, participation à la fresque médiévale " Pierres de Sang ", à Estavayer-le-Lac. Puis écriture et mise en scène de " Porte-à-faux et porte-jarretelles " jouée à la salle de la Prillaz à Estavayer-le-Lac en avril 1995. Quelques rôles au théâtre de l'Arlequin par la suite avec des professionnels. La vie professionnelle prenante de l'hôpital et ensuite le monde des affaires m'ont éloigné du théâtre mais de ces expériences est née en moi le désir de raconter des histoires. Mon premier roman, " La vie est trop courte pour la partager " a été édité en 2016 aux Éditions Hélice Hélas, à Vevey. " AVRiL et le Maître des chakras" est donc mon second roman achevé. J'espère qu'il vous plaira de le lire. Le troisième roman, " Pourquoi le monde est-il si beau ", est passé du stade de la germination à celui de l'écriture.
Découvrir l'auteur

Ils ont lu ce livre

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Bien
JP34
Le début m'a beaucoup intéressé malgré la chronologie un peu décousue, mais je n'ai pas pu aller au-delà de la page 160. C'est bien écrit.