chaud effroi

Note globale

8.50/10

Note littéraire

8.50/10

Contemporain

1 évaluations

200 pages

Nantes, 1970, Brémichot, liftier aux Galeries Lafayette. Ses journées tristes filent au grès des hauts et des bas de cette cage. Le paysage s'ouvre alors sur sa femme acariâtre, querelleuse, Raymonde et ses filles taciturnes, apathiques, Thérèse et Louise. Mais, Brémichot a un plan... Il deviendra chef du rayon pêche. Et il est prêt à tout pour obtenir ce poste. Il ira même, jusqu'à détourner son ascenseur... Le récit se poursuit sur l'édition de « l'affaire Brémichot », une édition à laquelle ont collaboré brillamment plus de cinquante éditeurs. S'ensuivent une dizaine d'histoires toutes imbriquées les unes dans les autres, comme un puzzle.

L'auteur

jean paul jean paul
66 ans

geveze

Que dire sur moi qui ne soit pas convenu ou de la gonflette, et ceci en peu de mots, sachant aussi que ces quelques phrases esquissées seront peut-être discriminatoires. Moi-même ayant reçu de nombreux CD, sans toujours les écouter, je connais les heurs et malheurs de la sélection sommaire. Quand je tenais mon cabaret « le trousse chemise », du nom du petit bois de l'île de ré, cher à mon si cher C. Aznavour, j'étais le seul à décider. Il fallait que ma scène resplendisse. J'y tenais ! Elle ne pouvait d'ailleurs faire que çà. Je n'imaginais donc que des noms, des beaux noms, sous mes projecteurs profonds. Et je ne faisais alors connaître que des gens connus. Ou du moins trop souvent ! Mais quelques découvertes me tiennent encore chaud au cœur, dans mon repli où je vis aujourd'hui. Alors voilà, et résumons ! J'ai cinq enfants tous répartis dans les pays du vaste monde, ce qui me permet de voyager. J'arrive de Prague. Mon fils Grégoire y manie le jazz et la chanson ( je suis son auteur de prédilection, par filiation ou atavisme). J'aime les trains, les bateaux, les traîneaux en leur Noël. J'aime moins l'avion. J'aime l'horizon, et ses promesses, même si j'en connais les mensonges souvent mortels. Je me fais parfois avoir. Du plus haut que je puisse retrousser mes jours envolés, je me revois écrire. J'ai toujours écrit. Mieux, et quelle que soit votre réponse, s'il y en a une, j'écrirai encore. Ne soyez pas effrayé par ce que je vais vous annoncer, mais je possède un tas gros comme une maison de notes, récits et autres esquisses posées là sagement, tout en faisant, malgré tout, des histoires... J'en ai suffisamment, c'est certain, pour ternir la réputation d'un éditeur, fut-il chevronné, et lui tarir la bourse. Mais rassurez-vous, ce roman du désenchantement sera mon unique envoi et après, selon la formule opportunément consacrée, nous verrons, si affinités évidemment. Mais n'anticipons pas ! J'ai donc créé et tenu, dans ma vie professionnelle, le cabaret « le Trousse Chemise » et j'ai côtoyé, durant un long temps, des artistes nombreux, connus et moins connus. M'occuper d'eux, avant qu'ils n'accomplissent leur prestation sur notre scène, était ma mission. Je les choyais parce que je les aimais. Sans les aimer, mon quotidien eût été interminable ou, pire, journalier ! C'était un travail à temps plein qui me laissait juste, mais souvent en douce, entre les caprices d'une Nicole Croisille ou le désespoir bien tassé d'un Serge Reggiani, le bonheur simple de griffonner quelques phrases, puis d'autres, un texte, une histoire et son rebondissement, des mots amants... Quand je quittais mon cahier, je savais que j'y retournerais le soir, avant le grand bond vers le sommeil et son abdication. Avant l'ennui d'une nuit toujours trop longue. Et que j'allais le retrouver au sortir de mes insomnies, à mon réveil, en retrouvant la vie, là où je l'avais laissée, posée, décrite... Mais faute avouée... J'avoue, j'écris ! Et c'est plus qu'une manie. Et c'est, loin s'en faut, mieux qu'un péché !
Découvrir l'auteur

Ils ont lu ce livre

Lecteur en herbe
mura nico
8.50/10
Lecture agréable et décalée, l'écriture qui permet à la fois de se faire plaisir et de s'interroger sur le sens des mots...
Lire l'évaluation

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Ce livre n'a pas encore reçu de commentaire...