Margaux Moya
Étudiante
21 ans

Golfe Juan

Je m'appelle Margaux Moya, j'ai dix-neuf ans et fais des études de lettres à Cannes dans une classe préparatoire artistique. L'écriture s'est installée dans ma vie sans prêter garde, un matin il y a onze ans, lorsque j'ai écrit mon premier poème. Depuis, les mots courent sur les pages et ma main guide le stylo dans une frénésie, dans un besoin... et dans une joie constante.
Envoyer un message
Mes passions

L'écriture, la lecture, le théâtre, le dessin.

Profil littéraire

Je perçois l'écriture comme un besoin et une réelle passion davantage que comme un passe-temps. L'observation et l'écoute me poussent à prendre note de chaque originalité que je découvre ou que j'entends si bien que mon imagination s'emballe. Je suis une grande rêveuse et mêle parfois réalité et fiction. Pour moi, écrire un roman ce n'est pas juste raconter une histoire mais c'est jouer avec les mots et créer de la poésie.

Mon métier

Etudiante en lettres.

Mes références

J'ai souvent réfléchi à cette question sans jamais trouver de réponse précise. Je suis très admirative des grands écrivains et poètes (Victor Hugo, Flaubert...) et je pense que leur écriture m'influence indirectement. Stephen King est mon modèle d'écrivain, celui que j'admire pour les émotions qu'il suscite et pour son style remarquable.

Mes projets de livre

J'ai débuté l'écriture de mon second roman qui sera un roman contemporain et psychologique, nourri de mes recherches. Je garde un œil bienveillant et impatient sur toutes les histoires qui attendent d'être écrites et qui se bousculent dans ma tête.

Mes Livres

Aventure
8.47/10

La Fuite

Et si, en partant sur les routes en quête de liberté et du bonheur, vous étiez accusé de l’enlèvement de la fille du procureur ? Ce n’est évidemment pas le scénario qu’avait imaginé Paul Dawson en claquant la porte de son appartement.

342 pages
Aventure
9.06/10

La Fuite

Et si, en partant sur les routes en quête de liberté et du bonheur, vous étiez accusé de l'enlèvement de la fille du procureur ? Ce n'est évidemment pas le scénario qu'avait imaginé Paul Dawson en claquant la porte de son appartement.

342 pages