Boyer Erika
31 ans

Captieux

Enfant des années 90, j'ai grandi dans la région bordelaise et j'y habite aujourd'hui avec mon conjoint et nos amis animaux. Après avoir cherché ma voie en m'essayant à différents métiers, j'ai finalement cessé toute activité professionnelle afin de me consacrer entièrement à l'écriture.
Envoyer un message
Mes passions

J'ai un amour inconditionnel pour les mots et je lis donc autant que j'écris. Ce sont mes passions premières, celles qui occupent le plus large de mon temps. Mais j'en ai d'autres, très variées. Balade en forêt avec mes chiens, films et séries, sport, tricot, ateliers créatifs…

Profil littéraire

J'ai un amour inconditionnel pour les mots et je lis donc autant que j'écris. Ce sont mes passions premières, celles qui occupent le plus large de mon temps. Mais j'en ai d'autres, très variées. Balade en forêt avec mes chiens, films et séries, sport, tricot, ateliers créatifs…

Mon métier

À ce jour, je me consacre uniquement à l’écriture.

Mes références

Colleen Hoover est une auteure que j'admire pour sa capacité à transmettre des émotions très fortes. J'ai aussi beaucoup d'admiration pour Agnès Ledig et Mathias Malzieu qui ont tous les deux des styles d'écriture uniques. Enfin, la plume poétique de Benjamin Alire Saenz est une grande source d'inspiration pour moi.

Mes projets de livre

J'ai terminé mon second manuscrit que je vais envoyer pour le concours 'Prix de la romance 2018', même si je ne suis pas certaine qu'il soit accepté car il a été auto-publié. Ensuite, mon troisième projet est un récit érotique écrit à quatre mains. Le premier jet est terminé, il doit maintenant être retravaillé. En ce moment, j'écris une histoire M/M (romance gay) et ensuite j'attaquerai le spin-off de mon second roman (celui du concours).

Mes Livres

Contemporain
8.70/10

Pardon

Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache...

288 pages