4.17 Appréciation Globale

6.00 Appréciation Littéraire

"Hector"

Daniel vit seul avec ses propres fantômes, jusqu'au jour où une entité masculine, Hector, pénètre dans sa vie. Divulguant quelques secrets sur l'au-delà et bien au-delà, Hector s'évertue à ce que Daniel reprenne confiance en lui. Un lien d'amitié se tisse et ils vont, dès lors, évoluer ensemble. Un jour, Daniel tombe fou amoureux de Louise, la québécoise. Il devra non seulement la séduire, mais également lui révéler l'existence d'Hector et le faire accepter...

Judlin Daniel
Judlin Daniel

68 front.book.author_anos - (05200)
Blog de l'auteurBlog de l'auteur

« Retraité de l'Assurance, marié, vit à Embrun. J'aime écrire et raconter des histoires pour distraire dans lesquelles j'essaie de mêler lourdeur et finesse (parfois il a des erreurs dans le dosage de mon cocktail ). »

Ils ont lu ce livre

Melin Jean Marie
6.00 Melin Jean Marie - (84830) / 13-Feb-2017

L'auteur veut nous faire rire,sans jamais y arriver.ses blagues à ,deux balles sont nulles.
Lire l'évaluation complète

Sourire
5.00 Sourire - (93250) / 29-Jan-2017

Je n'ai pas pu le lire en entier.
C'est dommage car l'idée est excellente.
Elle doit être creusée.
Lire l'évaluation complète

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

GILABERT Stéphanie
Mauvais GILABERT Stéphanie - (84140) / 22-Sep-2017

Je n'aime pas le style de ce livre. Le livre est dans la catégorie "humour" et je ne ris pas. Je n'arrive pas à me laisser emporter par l'histoire. Je ne suis pas intéressée par ce que les personnages racontent. Je ne poursuis pas ma lecture

juhel annelaure
Moyen juhel annelaure - (25310) / 22-Sep-2017

Le sujet est assez original, mais je me suis ennuyée, et je ne souhaite pas finir la lecture (stop à la page 77).
Le rythme est trop lent, on ne voit pas bien ou l'auteur veux nous emmener. Les dialogues, qui sont supposé donner un rythme et du dynamisme à une œuvre, m'embrouillent. J'ai eu beaucoup de mal à savoir qui parle, j'ai régulièrement du revenir en arrière pour revoir le début du dialogue, pour retrouver l'ordre des échanges ( pas de : "dit Hector", "répond Daniel", qui nous permettent de savoir clairement qui parle)
Sur le forme encore, les phrases sont parfois un peu longues et on perd le fil en cours de route.

j'ai conscience du travail que représente l'écriture d'un roman et mes propos ne sont pas encourageant pour l'auteur, et je m'en excuse.