5.58 Appréciation globale

6.50 Appréciation Littéraire

Des Rêves Sans Histoire

Le jeune Célestin s’inquiète de plus en plus pour sa famille. En effet, ses parents ressemblent étrangement à des automates sans saveur.
Une question hante donc notre bambin : Comment transformer des parents fantomatiques en personnes regorgeant de folie ? Voilà le défi que se donne notre héros durant cette aventure passionnante.

Delange
Delange

34 front.book.author_anos - (27210)
Blog de l'auteurBlog de l'auteur

« Jeune Honfleurais, je suis passionné de littérature de jeunesse depuis longue date. Depuis quelques années, je me suis lancé dans l'écriture, ce petit roman, Un Livre Sans Histoire, est le fruit de ce travail. »

Ils ont lu ce livre

Thavot
7.50 Thavot - (21190) / 29-Sep-2016

Belle histoire et très originale qui nous invite au rêve tout en dénonçant la société de consommation et le standardisation actuelle notamment dans la deuxième partie, ce qui n'en fait pas du tout un livre pour enfant. Bien écrit malgré des cafouilli...
Lire l'évaluation complète

Thimonnier
6.50 Thimonnier - (82290) / 21-Sep-2016

Livre agréable, mais avec des longueurs
Lire l'évaluation complète

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Lindsay
Moyen Lindsay - (97420) / 23-Oct-2017

Trop compliqué et devient vite lassant. Ne convient pas pour des jeunes, le vocabulaire est assez compliqué.

Quentin
Mauvais Quentin - (62000) / 23-Oct-2017

Je n'ai pas du tout accroché à ce livre. L'histoire part un peu dans tous les sens sans évoluer, le héros, Célestin est un enfant utilisant un vocabulaire à la fois familier et recherché. Sur les quelques pages lus, il ne parle que de son quotidien avec ses parents, quelques peu surprotecteurs.

Melba
Mauvais Melba - (34070) / 23-Oct-2017

Bonjour,
Je n'ai pu lire qu'une trentaine de pages de ce livre. Une histoire inintéressante, des personnages a priori sympathiques mais finalement artificiels, et des erreurs grammaticales (temps, ponctuation) qui se répètent au fil des pages, ne m'ont pas donné envie de poursuivre ma lecture. Le langage parlé, utilisé en permanence, ôte la part de rêve que je recherche - et que les enfants recherchent (selon moi) dans la littérature, qu'elle s'adresse aux enfants ou aux adultes.
Cordialement,
Melba