0.00 Appréciation Globale

0.00 Appréciation Littéraire

Les Amants de passage

Élisabeth Prévost, jeune fille rêveuse, rencontre l’amour de sa vie en la personne de son voisin Andrew. Dès le début, tous les séparent : les amis, les parents, mais par-dessus tout, l’orgueil et le mal d’aimer.
La vie les séparera cruellement créant au fond d’eux un fossé de plus en plus difficile à combler.
Sauront-ils affronter les montagnes qui se dresseront devant eux afin que l’amour triomphe une nouvelle fois ou laisseront-ils les épreuves de la vie les séparer à tout jamais.

Joséphine Blondel
Joséphine Blondel

46 ans - (J0T 1R0)
Blog de l'auteur

« Né d'une mère mohawk et d'un père caucasien, elle s'est familiarisée avec la culture de ses ancêtres à l'âge de 32 ans. Toute de suite charmée par cette culture, elle décide d'écrire afin de sensibiliser les gens à cette culture. »

Ils ont lu ce livre

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

PrincesseFlore
Génial PrincesseFlore - (59430) / 01-May-2017

Très bon livre

Cabelduc Nadine
Bien Cabelduc Nadine - (44600) / 01-May-2017

Une écriture assez agréable dans l'ensemble. Si je n'ai pas lu le livre en entier, c'est parce qu'il est plutôt destiné à un public plus jeune. Il s'agit d'une histoire d'adolescent qui peut convenir à de jeunes adultes mais qui intéressera moins les personnes d'âge "plus mûr".
Sur le texte, le vouvoiement de l'héroïne quand elle s'adresse à sa mère m'a surprise. Et vu le début du roman, il s'agit d'un premier flirt, donc assez étonnant la mention de "gendre" alors qu'elle ne sort avec Andrew que depuis peu. Par ailleurs, sortir avec un garçon à l'âge de 14 ans, à notre époque ne fait pas des filles des "salopes" comme le laisse entendre sa sœur.

ccl7
Moyen ccl7 - (67520) / 01-May-2017

Je n'ai malheureusement pas réussi à lire plus d'un tiers du manuscrit...
J'attendais que l'histoire décolle.... en vain.
Je dois avouer m'être ennuyée en lisant ce début de roman, c'est pourquoi je me suis arrêtée en cours de lecture.
De plus, c'est écrit dans un français, certainement québécois, qui est un peu dérangeant...