7.00 Appréciation Globale

7.00 Appréciation Littéraire

Secrets d'acier

Sen menait une vie tranquille dans un petit village perdu dans les montagnes. Apprenti mécamage, quand il n’apprenait pas à faire fonctionner les automates à vapeur que sa grand-mère fabriquait pour les travaux lourds ou l’armée, il jouait avec sa sœur ou ses amis, comme n’importe quel autre enfant. Mais alors qu’il avait douze ans, un été, un groupe d’hommes armés envahit brusquement la bourgade, tua tous les habitants qui résistèrent et réduisit les survivants en esclavage. Une partie de ces rescapés disparut, expédiée pour une destination inconnue. Les autres restèrent pour exploiter la mine sous la férule de leur nouveau maître à la solde d’une organisation nommée « Ensecret ».
Sen faisait partie de ceux qui avaient lutté jusqu’au bout, malheureux gamin désespéré. Sa mère eut la gorge tranchée devant ses yeux tandis que sa grand-mère, son père et sa sœur étaient faits prisonniers. Peut-être par jeu, on lui proposa une autre voie : celle de devenir espion pour l’organisation. Quand il aurait rempli assez de missions, alors le village serait libéré. À la moindre incartade, sa famille serait massacrée. Voleur, espion et bientôt assassin contraint de courir les routes dans le pays entré en guerre, Sen abandonna son âme et jusqu’à son nom pour l’espoir de la libération des siens. Pendant combien d’années ? Il en perdit le compte.
C’est en plein hiver qu’il rencontre un groupe d’aventuriers, au cœur d’une sombre forêt. Chargé de les suivre et de récolter des renseignements sur leurs activités sans savoir pour quelle raison, il finit par se révéler involontairement à eux. Car aussi, Sen est malchanceux.
De retour en ville, Sen demeure avec les voyageurs mais ne parvient pas à mettre le doigt sur les éléments de leur passé susceptibles d’intéresser ses commanditaires. Pourquoi une ancienne militaire côtoie-t-elle un moine, un nain monte-en-l’air et une créature bizarre n’aimant rien tant que bidouiller des machines à vapeur ? Que faisaient-ils de leur vie, ces mercenaires, à part remplir diverses missions et enquêtes, parfois pour l’Église, parfois pour l’armée, sans lien entre elles ? Pourquoi une chasseuse de primes mystérieuse leur colle-t-elle aux basques ? Sen ne trouve rien. Le commanditaire se fâche. On déploie les grands moyens. On dépêche quelques brutes. Passages à tabac, puis enlèvement de la petite amie du moine échouent à leur faire peur. Au contraire, cela ne fait que focaliser leur attention sur un ancien trafic d’esclaves sexuels déjà une fois démantelé, qu’ils imaginent à l’origine de leurs nouveaux malheurs. Précisément ce qui devait être évité ? Une enquête dans les tréfonds de la ville leur permet de remonter, un par un, tous les maillons de la chaîne jusqu’à celui qui n’était autre que le commanditaire de Sen, au grand désespoir de celui-ci. Pourtant, persuadé de la toute-puissance de l’Ensecret, lié par une peur aussi ravageuse qu’irrationnelle, Sen leur reste loyal. Échouant à sauver son commanditaire à la dernière minute, il est finalement fait prisonnier avec lui et contraint d’avouer son histoire.
La réaction des aventuriers surprend Sen : pour la première fois de sa vie, non seulement il tombe sur des gens peut-être capables de tenir tête à ses maîtres, mais encore désireux de l’aider. Son monde bascule et c’est ensemble qu’ils mènent l’enquête jusqu’à la capitale d’un pays voisin pour retrouver la jeune femme enlevée : Pentos, centre industriel et criminel noyé dans le smog, repère de tous les bandits, endroit idéal pour organiser un trafic d’esclaves. C’est après une enquête difficile que nos aventuriers finissent par y obtenir de l’aide et des renseignements.
Une opération spectaculaire est alors organisée pour libérer non seulement tout un groupe d’esclaves mais également, par ricochet, la grand-mère de Sen, contrainte de fabriquer des automates de défense contre son propre pays toutes ces années. Découvert, menant une course contre la montre avec l’Ensecret, le groupe entreprend un voyage jusqu’à la capitale de son pays d’origine pour demander de l’aide à l’armée.
Pour la toute première fois, Sen peut raconter l’histoire de son village aux autorités et être écouté. On décide de dépêcher une escouade, malencontreusement menée par un ancien ennemi de Sen du temps où il n’était qu’un voleur à la solde de l’Ensecret, pour se rendre au village et constater sur place les agissements criminels. Dans une ambiance tendue, l’équipe agrandie se met en route et découvre que du village, il ne reste plus grand monde. Une opération coup de poing rapidement montée permet de libérer ce qui reste : une poignée d’habitants presque morts d’épuisement. Sen apprend que sa sœur s’est enfuie des années auparavant et que son père est mort, lui aussi il y a longtemps. Ses années de collaboration servile et toutes les souffrances engendrées sont vidées de leur sens, mais les regrets amers ont une légère consolation : le chef des bandits est emprisonné, un coup a été porté à l’Ensecret et, entouré de ses nouveaux amis, Sen n’est plus si seul.

Aquilegia Nox
Aquilegia Nox

37 ans - (1610)
Blog de l'auteur

« De formation et vocation scientifique, je suis tombée enfant dans la marmite de l’écriture. J’ai commencé à m’y mettre sérieusement au début de mes études universitaires, période qui a également coïncidé avec mon entrée dans le monde du jeu de rôle.
Depuis, j’ai été publiée dans quelques recueils de nouvelles à compte d’auteur ou d’éditeur chez Inlibroveritas, puis dans le fanzine « Borderline ». Une quarantaine de textes, essentiellement des nouvelles, ainsi qu’une bande dessinée réalisée par mes soins sont disponibles en intégralité sur internet sur le site atramenta.net, sous licence libre ou ouverte. Les genres de l’imaginaire, SF et fantasy, ont toujours eu ma préférence et beaucoup de mes histoires ont été d’inspiration rôlistique. En 2007, J’ai co-écrit un roman policier/SF publié à compte d’auteur, intitulé "Jeux de mains", avec Léo Sigrann. Depuis quelques années, je me suis lancée dans l’aventure du roman en solo, dans les genres fantasy et steampunk.
En parallèle, je suis également co-scénariste de la web-série rôliste « The Fumble Zone », publiée sous licence ouverte sur internet. »

Ils ont lu ce livre

Melin Jean Marie
7.00 Melin Jean Marie - (84830) / 08-May-2017

C'est vraiment une histoire peu banale,entraînant de jeunes enfants à lutter contre des caids avérés.
Lire l'évaluation complète

Avis général du Comité de Lecture (Lecture incomplète)

Ce livre n'a pas encore reçu de commentaire...