daniel paraire

daniel paraire
61 ans / mirefleurs
Genres évalués :
TOUS LES ROMANS
Inscrit(e) le : 12-Oct-2015
Envoyer un message

« artiste peintre, écrivain »

J'ai évalué 6 livre(s).

J'ai lu et évalué parmi les livres édités

Je n'ai encore rien lu dans cette catégorie

J'ai lu ces manuscrits

6.50 Appréciation Globale

6.50 Appréciation Littéraire

Beurre salé

A Plougasnou, petit village du Finistère, en ce début du XXe siècle, Marie, femme de pécheur péri en mer , élève seule son fils Pierrick , aidée de sa marraine "la bonne Soizig". La vie est dure pour les paysans en Bretagne qui font pousser le blé noir, la pomme de terre et les cultures légumières . A force de courage , de travail , de ténacité, Marie réalise le rêve qu'elle avait fait avec son mari défunt: acheter une terre.
Pierrick grandit heureux avec ses amis Loïck et Goulven, ses voisins, entre l'école où il apprend le français et les valeurs républicaines , et l'église où il apprend le catéchisme en breton. Sa mère lui transmet l'attachement à la terre, à son village, à ses racines. A vingt et un an , il part faire son service militaire, à son retour , il se marie.
Le 1er août 1914, la mobilisation est décrétée. Pierrick, Loîck et Goulven sont rappelés.
Dans ce petit village si tranquille, centré sur son clocher , la vie est bouleversée. les femmes , qui doivent maintenant assurer tout le travail dans les fermes , vivent au rythme des nouvelles, des lettres échangées, des rares permissions. Un lien très fort se crée entre ces deux mondes éclatés où l'horreur s'immisce au quotidien.
Quand la paix revient enfin, pour ceux qui se retrouvent , la vie continue mais tout a changé.

Mon appréciation
daniel paraire
6.50 daniel paraire - (63730) / 31-Mar-2017

Livre sympathique. Pour ma part, je ne l'aurai pas identifié comme roman historique bien que l'action se situe dans la période de la première guerre mondial. Je pencherai plus pour une chronique sociale (moins vendeuse) ou un roman feuilleton campagn...
Lire l'évaluation complète

3.00 Appréciation Globale

2.50 Appréciation Littéraire

Le silence de Babooshka

Quelque sept années auparavant, Eva, Anastasia et Sofia ont fui la Russie pour la France. Munies d’un passeport britannique et ne connaissant pas un mot de français, elles ont réussi l’exploit de se faire engager au très sélect « Delirium ».
Le célébrissime cabaret parisien qui les employait vient de tomber sous le choc : ses trois danseuses sont retrouvées mortes dans des conditions bien étranges.
Les victimes, curieusement disposées, forment une position parfaitement géométrique. Ce triangle hors du commun renferme un candélabre muni de trois branches dont la cire et la flamme sont encore brûlantes. Plus mystérieux encore, sur leur visage, une partie bien précise et différente à chaque fois a été mutilée.
Dépêché sur les lieux, d’emblée, l’inspecteur principal de la police judiciaire du Xème arrondissement, Robin Buisseret ne sait comment orienter ses recherches. En effet, plusieurs hypothèses sont possibles : rite satanique, psychopathe en manque de reconnaissance, crime raciste, vengeance, etc.
Tout se précise lors de l’autopsie : un curieux tatouage est découvert sur leur nuque. L’inspecteur Buisseret est convaincu qu’en déchiffrant ce qui ressemble étrangement à un code-barre, il pourra découvrir le mobile de ce triple meurtre.
En admettant qu’il puisse percer ce premier mystère, cela lui suffira-t-il pour le conduire jusqu’à l’assassin ?
Aidé par sa jeune recrue, Diane Dagobert, mais plus encore par son interprète, Olga Bezoukladnikov, celui-ci va tenter de démêler l’écheveau complexe qui s’impose à lui.

Mon appréciation
daniel paraire
2.75 daniel paraire - (63730) / 02-Apr-2017

Ce livre est mauvais. Mal écrit. trop de fautes de syntaxe. Des répétitions dans les paragraphes. Manque de fluidité. Personnages insipides. Dommage, l'idée de départ paraissait séduisante. On décroche rapidement de l'intrigue.
Lire l'évaluation complète