Aumoitte-sayadi

Aumoitte-sayadi
34 ans / St Martin aux Chartrains
Genres évalués :
TOUS LES GENRES
Inscrit(e) le : 27-Jul-2013
Envoyer un message

« employé administratif de grande surface »

J'ai évalué 16 livre(s).

Votre fiche de lecture

5.67 Appréciation globale

5.00 Appréciation Littéraire

Confluent De L'irrel

Madame Cabouz, célèbre voyante, avait bien vu qu’elle allait être impliquée inéluctablement dans la vie d’Agnès, sa cliente ; avait-elle pressenti que ce serait aussi difficile …
« Confluent de l’irréel » va vous transporter dans une intrigue captivante où Adrien, beau et jeune ténébreux, confronté à l’enfer de la drogue et des sectes, va tomber amoureux d’Agnès, femme mure, artiste peintre.
La voyante, héroïque, et le néfaste Talamé, grand maitre d’une secte, vont bouleverser à tout jamais la vie du couple.
Ce roman vous captivera jusqu’à son surprenant dénouement !

Mon résumé

Une femme désespérée de trouver un compagnon décide d'aller voir une médium qui lui annonce qu'elle va très vite rencontrer un jeune homme qui va emménager dans le même immeuble qu'elle. En effet, quand elle rentre chez elle, elle fait connaissance avec son nouveau voisin. C'est le coup de foudre des 2 côtés. Tout va bien jusqu'à ce qu'il rencontre un homme qui va changer sa vie et le faire rentrer dans une secte. Dès lors, il commence à se droguer et rien ne va plus. Il faudra l'intervention de la vieille médium pour que les choses rentrent dans l'ordre

Appréciation générale

En une phrase : je reste mitigée sur ce manuscrit

Ce que j'ai particulièrement apprécié : les sentiments forts qui unissent les 2 personnages

Autres commentaires

Style littéraire : Trop de personnification d'objet, très succint

Mon sentiment sur le titre du livre : Place la médium trop en avant alors qu'au final, elle n'est pas le thème principal du texte

Ce que je pense des personnages : le personnage principal est bien représentée mais le jeune homme mériterait d'être approfondi

Ce que je pense du thème général du livre : bien

Ce livre ferait-il un bon film ? : non