Kiefer Annick

Kiefer Annick
53 ans / mulhouse
Inscrit(e) le : 02-Oct-2012
Envoyer un message

« Dessinatrice en bâtiment aujourd'hui à l'écart du monde du travail, je vis dans celui des images et des mots,pour en dessiner, en décrire un plus beau »

Mon profil

Mes Livres

8.60 Appréciation Globale

8.20 Appréciation Littéraire

Le Carnet De Lili

EN LIBRAIRIE.
Dans un village du Lot, étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, Clémentine, une trentenaire en quête d'elle-même, tombée sous le charme du lieu comme de Patrick, un enfant du pays, s'installe avec sa chienne dans les ruines d'un hôtel.
En fouinant, elle y fait la découverte d'un cahier rédigé par l'ancienne propriétaire, Liliane, un personnage d'apparence peu aimable mais dont l'histoire, qui se révèle au fil de ses écrits, explique les raisons pour lesquelles elle s'est forgée un tel caractère.

Les notes du comité de lecture
Brassart Elodie
9.00 Brassart Elodie - (80100) / 08-Aug-2012

C'est un bon roman, qu'on prend plaisir à lire, voire à "dévorer", dans la seconde moitié. Il y a une vrai trame, des rebondissements, du suspens...

Lire l'évaluation complète

Casals Gisele
7.00 Casals Gisele - (11590) / 08-Aug-2012

Si on place ce livre dans la catégorie roman sentimental, c'est un bon livre ! Et il plaira aux lecteurs qui aiment les belles histoires qui finissent bien.
Peut-être un auteur en devenir !!!!!!!!!!!

Lire l'évaluation complète

Perrais Isabelle
8.50 Perrais Isabelle - (44160) / 08-Aug-2012

C'est une très belle leçon sur le bonheur. Ce roman nous apporte la preuve que le bonheur est possible si toutefois on arrive à vivre avec les parts torturées de son être. Si on parvient à les extraire de l'ombre pour comprendre et revisiter nos comp...
Lire l'évaluation complète

Lire plus d'avis...

8.83 Appréciation Globale

8.83 Appréciation Littéraire

Les fétus de paille

En 1950, Élisabeth Muller retourne dans son village natal des bords du Rhin, qu’elle a quitté peu de temps avant la guerre, en 1939.
Elle apprend que son jeune frère Charles a été exécuté par les nazis au camp du Struthof, pour avoir tenté de fuir, en compagnie d’autres réfractaires, le joug nazi.
Les traces de son frère la mènent dans un village du Sundgau, région du sud de l’Alsace. Là, sa présence réveille chez les habitants les souvenirs enfouis de l’époque douloureuse de l’annexion allemande, et les oblige à regarder en face leurs comportements ou agissements. Pris en mains par un destin implacable, qui exigeait d’eux le meilleur quand ils n’étaient souvent capables que du pire, les villageois se font les vecteurs de la grande Histoire, dont on feuillette les pages au travers de leurs portraits et de leurs actes.
Si ce livre se base sur un contexte historique réel, ce dernier est revisité du point de vue des gens simples, ordinaires, dont la guerre n’a ni exalté le courage, ni endormi les querelles de clocher. Et, parmi ces simples, il y a Tine et Charles, innocents entre tous, eux qu’on qualifie aisément de fous, mais emportés tels des fétus de paille par la folie guerrière.

Les notes du comité de lecture
Lire plus d'avis...